mercredi 27 novembre 2013

LOCATAIRE DE SES BESOINS, ATTENTION

Quand je regarde le liste des minimalistes globe-trotteur, je suis fasciné devant tant de simplicité et presque, oui je l'avoue, parfois envieux. Néanmoins, étant parti plusieurs fois en voyage en partielle ou totale autonomie, je reste sceptique sur le nombre restreint d'objets qu'ils possèdent et leur finalité. Il est important de bien assimiler une possession à un besoin.

ETRE LIBRE C'EST SAVOIR QU'ON PEUT LE FAIRE

Lorsque vous n'êtes plus prisonnier de vos possessions, lorsque vous avez defini l'essentiel et que vous vous en contentez, lorsque tout ce que vous possédez tient dans un sac à dos, une valise ou un coffre de voiture, lorsque que vous avez pris conscience que toujours plus n'est pas essentiel, lorsque vous trouvez du bonheur dans des choses simples, lorsque vous avez défini vos ressources minimales pour bien vivre, lorsque vous avez accepté car choisi vos contraintes alors votre vision de la vie change profondément : demain ne devient plus source d'angoisse mais sources de nouvelles expériences et de joie et vous êtes enfin libre! libre psychologiquement et finalement c'est tout ce qui compte : savoir que vous pouvez le faire c'est ça la liberté : savoir que demain vous pouvez déménager à l'autre bout du monde, savoir que vous pouvez vider votre appartement en 15 minutes, savoir que vous pouvez quitter votre boulot demain sans problème...La liberté n'est pas tant de faire que de savoir qu'on peut le faire...

samedi 16 novembre 2013

FAIRE LE LIEN

Pas mal d'articles du blog commencent à ne plus concerner le côté matériel du minimalisme mais le côté psychologique, il peut être troublant de voir une myriade de conseils, d'approches et d'idées sans faire le lien. Le voici le lien :

vendredi 15 novembre 2013

UN CADRE D'HABITUDE POUR LAISSER PLACE AU CHAOS POSITIF

J'avais fait un article où j'opposais l'ordre et le chaos, je déclarais que l'Homme n'aimait pas le chaos et que l'ordre avait une importance capitale, de la même manière, je tentais de vous expliquer que la routines (les rituels) étaient une force, un repère et je vous encourageais à transformer  des choses simples et qui vous vont plaisir en routines. Enfin, je déclarais que la routine (les habitudes) était nécessaire à une vie équilibrée!

TROUVER ET MAINTENIR L'EQUILIBRE

Dans la vie, tout est une question d'équilibre, une vie équilibrée est fondamentale car toute médaille dans la vie a son revers :

lundi 11 novembre 2013

LE CHANGEMENT : DES AVANCEES DE PETITS PAS

Qui d'entre nous n'a jamais projeté de changer! Que ce soit dans un train nous ramenant des vacances, un dimanche soir dans notre lit, le fameux : "demain ça va changer, je vais changer" : je vais faire du sport, je vais ranger la maison, je vais trouver l'amour, je vais changer de boulot, je vais faire plus attention à mon corps, je vais cuisiner, je vais me mettre à la peinture...

La motivation est là, l'envie aussi et puis le lendemain matin, rattrapé par les contraintes du quotidien, tous nos rêves de changement s'envolent...

SE LEVER TOT LE MATIN : BOF

Se lever tôt (je me lève déjà à 6H00) ou plus tôt le matin....C'est une idée, une mode qui se répand sur les sites minimalistes...Quelle bonne idée a priori : on dort moins, comme ça nous disposons de plus de temps! du temps pour quoi faire? plus de choses? comme quoi? lire, écrire, prendre du temps pour soi!

HYGIENE DE VIE : VOUS NE SAVEZ PAS PAR QUOI COMMENCER : DORMEZ!

Un petit bilan glané sur internet du conséquence de manque de sommeil auquel je souscris totalement :

jeudi 7 novembre 2013

TENIR UN JOURNAL


Je tiens un journal depuis maintenant 3 ans, plus ou moins quotidiennement... J'ai commencé presque malgré moi en faisant des listes regroupées dans un carnet : liste de mes essentiels, liste des objets que j'avais jetés, mes comptes financiers, ma liste d'objets désirés, mes projets...comme j'aime écrire (je parle de l'écriture physique avec un stylo, le geste d'écrire), les listes se sont peu à peu transformées en phrases puis en paragraphes au contenu de moins en moins organisé...

samedi 2 novembre 2013

MA FAMEUSE ARMOIRE

Il m'a été demandé de présenter mon armoire! Mais si!!! vous savez l'unique (ou presque) endroit où je concentre l'intégralité de mes affaires personnelles... Aller, je vous fais visiter.




Armoire IKEA, modèle pax, j'ai racheté 3 tiroirs et une flopée d'étages en plus (Avec le recul, 2 tiroirs auraient suffit.)

samedi 26 octobre 2013

DIFFICULTE DU MINIMALISME

Voici les travers,  les écueils et les difficultés que vous pouvez rencontrer et ressentir à un moment ou un autre si vous êtes minimaliste... Je ne les ai pas tous vécus, parfois oui sur une courte durée, parfois ils m'ont été rapportés par d'autres personnes.

MINIMALISME ET ARGENT : MES FINANCES PERSONNELLES

Qu'en est-il de ma gestion financière personnelle? Alors c'est très simple, j'ai fait activement mes comptes durant une année entière...j'ai tout noté au centime près patiemment et mois par mois durant un an, du 1er janvier 2012 au 31 décembre 2012, j'ai ainsi déterminé avec précisions mes charges, comprenez les factures...Ensuite j'ai tout mensualisé, regroupé, simplifié...

LE JOUR OU J'AURAI DE L'ARGENT...

Cette expression, je l'ai employée des milliers de fois, peut-être vous aussi? Le jour où j'aurai de l'argent, j'achèterai une Ford Mustang, le jour où j'aurai de l'argent, je voyagerai, le jour où j'aurai de l'argent, j'irai au restaurant....Et puis un jour, j'ai soudainement réalisé deux choses fondamentales : la première est que demain je n'aurais pas plus d'argent qu'aujourd'hui (ou juste un peu plus) en effet, je ne comptais pas quitter mon boulot, je ne comptais pas gagner au loto, ni hériter d'un oncle d'Amérique : donc en fait "jamais" je n'aurai plus d'argent... et la seconde est que cette expression n'était qu'un prétexte pour ne pas m'engager à réaliser ce qui me tenait réellement à coeur....Alors j'ai commencé par hiérarchiser ce que je ferai si j'avais de l'argent puis à concentrer mes finances sur ce qui me tenait vraiment à coeur et j'ai réalisé très vite qu'elles étaient amplement suffisantes à la réalisation de mon essentiel...

mercredi 23 octobre 2013

RETOUR SUR MON HISTOIRE : PREMIER BILAN

Je n'arrive pas au terme de mon expérience minimaliste, j'arrive au terme de mon désencombrement, qui n'est qu'une partie du minimalisme, le blog ne va s'arrêter, j'ai encore des choses à écrire sur les possessions comme sur le minimalisme : vous êtes rassurés? (oh le prétentieux)

lundi 21 octobre 2013

CHEAP VS QUALITE : VOUS CHOISISSEZ

Ce billet fait écho à celui-ci, où je donnais des exemples d'objets que j'ai choisi à usage unique alors qu'ils étaient destinés à durer sous le seul prétexte de leur bas coût. Mais qu'en est-il de mes objets personnels : mes 194 objets? sont-ils cheaps ou de qualité, simplement utilitaires ou esthétiques?

dimanche 20 octobre 2013

OBJET N°86 : POCHETTE DE RANGEMENT

Ma pochette de la marque MAXPEDITION. Cette marque est spécialisée dans la bagagerie militaire et d'excellente qualité. J'aime particulièrement la gamme des "pockets organizers", des petites pochettes judicieusement compartimentées. Je possède 4 pockets organizers de la sorte en différentes tailles (dont une, comme trousse de toilette) de 12 à 25 euros pièces.

Là, nous allons nous intéresser à mon EDC (Every Day Carry), en clair c'est ce que j'ai sur moi tous les jours, ou disons lorsque je vais au boulot.

Le modèle présenté ici est une micro pocket organizer : dimension : 8.9 cm de large x 14 cm de haut x 2.5 cm d'épaisseur. 




Les objets sont maintenus par des élastiques (noirs), deux poches sont présentes (en gris clair sur la photo), une pour un mini-carnet, l'autre pour un mouchoir en papier, une aspirine et un pansement...

De gauche à droite : stylo plume Montblanc (hommage à Mozart), critérium et stylo à bille Parker (joker), lampe de poche Fénix (E05), briquet Bic, clé USB 8Gb, couteau suisse Cadet, jetons de caddy et mini-carnet Moleskine...câble USB-Iphone (visible sur la photo du dessus).

samedi 19 octobre 2013

POSSEDER POUR EXISTER

Plus que la sociéte de consommation, c'est la société en général qui a fixé cette règle : posséder pour exister! je possède donc je suis et la réciproque est vrai, je suis parce que je possède.

RETOUR SUR MON HISTOIRE : LA SUITE

J'ai (enfin) publié la liste de mes 194 objets ici, je vous avais laissé sur ma découverte du 100 things challenge : ce fut pour moi une mini-révélation, "vivre avec 100 objets", enfin c'est concret, le chiffre 100, un chiffre rond et simple...J'ai donc parcouru le net à la recherche de listes d'objets de minimalistes qui avaient opté pour ce challenge et j'ai vite constaté qu'il y avait des règles : on ne compte pas les objets partagés par plusieurs membres du foyer, les lots d'objets identiques comptent pour un, comme les caleçons et chaussettes, etc.

COMMENT ETRE MINIMALISTE QUAND L'AUTRE NE L'EST PAS

Votre mari, cojointe, compagne, copain, copine n'est pas minimaliste! Et oui bizarrement tout le monde ne l'est pas !!!
A priori, on pourrait se dire que cela n'a pas d'importance, le seul problème c'est que vous partagez des espaces communs et le premier : votre logement : si ce dernier est encombré par l'autre, son non-minimalisme peut nuir à votre propre bien-être...

samedi 5 octobre 2013

DU DURABLE VERS LE JETABLE

Nous l'ignorons parfois mais la plupart des produits et objets que nous achetons existent quasiment tous en "premier prix": c'est à dire à prix bas voire faible. Ainsi vous trouvez de la vaisselle à 1 €, des oreillers à 4,50 €, des couettes à 15 €, des scies à bois à 3,15 €, des fringues à 5 € : bienvenu dans le lowcost et le hard discount. 

IMAC VENDU

Je projette de m'acheter un ordinateur portable par définition plus mobile et polyvalent que mon Imac fixe alors je l'ai vendu, et hop un objet de moins dans ma liste.

Avant


Après

jeudi 3 octobre 2013

OBJECTIFS : OUI MAIS PAS TROP

La première liste vous fixe vos objectifs (c'est extrait de cet article) : Objectifs? quel vilain mot moi qui critiquais vertement le développement personnel récemment. Pourtant les objectifs sont nécessaires sous peine de procrastination : un autre gros mot qui signifie "tout remettre au lendemain", en fait, vous et moi sommes des gros fainéants : vivre sans objectifs parait idéal mais c'est le risque de stagner, de ne pas attendre l'essentiel par paresse naturelle.

jeudi 26 septembre 2013

NE PAS COMPTER LES OBJETS PARTAGES, JE SUIS CONTRE.

Une des règles principale du comptage minimaliste des objets (que je n'ai retenu dans mon cas) est celui des objets partagés ; bon nombre de minimalistes en effet ne compte pas dans leurs possessions personnelles, les objets utiles non seulement à eux mais à leur famille (concubin(e), enfants, colocataire etc.

dimanche 15 septembre 2013

L'ARGENT ET LE MINIMALISME PARTIE 2 : RAISONNER EN BESOINS

Vivre sans argent est illusoire, vivre en autarcie est illusoire, vivre aux dépendants des autres n'est pas non plus la solution, il faut donc de l'argent pour vivre même une vie de minimaliste...La seule vraie question est : il en faut combien? 
Une partie du problème et donc de la solution réside dans l'adéquation entre nos ressources financières et nos pseudos-besoins. En fait, nous avons une tendance naturelle à adapter nos ressources à nos besoins sans nous poser de question : pour faire simple, si je gagne 100, je dépense 100, si je gagne 200, je dépense 200 (après si vous faites partie des gens qui dépensent 300, vous courrez au surendettement...ce n'est pas le sujet de cet article). C'est d'autant plus vrai que pour la majeure partie d'entre nous, nos revenus financiers évoluent progressivement et plus ou moins lentement (si vous avez réussi à doubler votre salaire cette année, je suis heureux pour vous mais ce n'est pas mon cas...). En imaginant que vous gagniez 1500 € si demain je vous en offrais 10 000 €, je suis sur que les premiers mois vous n'arriveriez pas à tout dépenser, par contre au bout de deux ans voire moins, vous auriez le train de vie d'une personne qui gagne 10 000 € et c'est a priori naturel, pourtant étiez-vous malheureux avant?...
C'est exactement ce qu'il m'est arrivé et sûrement à vous également entre le temps des études et du travail : quand j'étais étudiant, je disposais de 1000 francs (et oui je suis vieux) par mois, loyer payé...Quand j'ai commencé à travailler, j'étais payé au minimum légal, comprenez le plus petit salaire des travailleurs, soit 6200 francs mais croyez-moi je n'ai jamais été aussi riche de ma vie, j'ai multiplié mes ressources par plus de 6 dès mon premier mois de travail...Et je vous assure que je n'avais pas le temps (au début) de dépenser tout l'argent que je gagnais...Pourquoi? tout simplement car il a fallu du temps pour que mes besoins s'adaptent à mes ressources.
Avec le recul qui est le mien aujourd'hui, je me suis posé des questions sur cette période de ma vie. En effet, depuis le début, mes moyens financiers ont évolué et, au même rythme, mes besoins mais pourquoi? Mes besoins sont-ils des nécessités que je ne pouvais accomplir avant faute de moyens et dans ce cas la démarche est légitime voire logique? ou alors mes nouveaux moyens financiers créaient-ils de nouveaux besoins et dans ce cas j'avais des questions à me  poser.
Je me souviens lors de l'achat de ma voiture de sport qu'on m'avait reproché cet achat en me disant mais "tu n'es ni un passionné d'auto, ni de vitesse, ni de frime?" Pourquoi as-tu acheté cette voiture? Et c'est vrai, qu'ils avaient raison et pourtant j'ai rétorqué "parce que j'ai les moyens". 
Les moyens financiers d'accord mais le besoin c'est moins sûr...Alors depuis ce temps, je ne raisonne plus en terme de moyens mais en terme de besoins, d'essentiels et ça a profondément changé mon approche financière car mes besoins je me suis rendu comme que je les comblais presque tous depuis le début...Alors avant de parler d'argent, posez-vous la question de vos besoins et non de vos moyens.

5000 VISITES ET MERCCCIIII!!!

J'ouvre le panneau d'administrateur et boum, 5000 visites! Pour moi c'est énorme! et c'est grâce à vous!!! Alors je vais rester simple : un grand merci pour votre visite et merci pour vos commentaires, je sais que c'est parfois pénible à poster (merci CJ)...

samedi 14 septembre 2013

RETOUR SUR MON HISTOIRE

J'arrive au bout du challenge des 100 objets après plus d'un an de réflexion, de choix personnels, d'expériences... Je vais prochainement publier ma liste d'objets personnels mais avant je voulais faire une petit retour en arrière.

mercredi 11 septembre 2013

L'ARGENT ET LE MINIMALISME : PARTIE 1

Le rapport entre l'argent et le minimalisme est très compliqué, c'est un peu la question de ce qui est apparu en premier en premier...l'oeuf ou la poule...

samedi 31 août 2013

METHODE CONCRETE : LISTER SES ESSENTIELS

J'ai déjà fait un article sur ce que j'estime être l'essentiel et en quoi le minimalisme permettait en éliminant le superflu de ce concentrer sur cet essentiel : l'essentiel c'est donc d'être heureux : une partie de la solution se trouve indiscutablement en nous, une seconde dans notre vécu et la troisième dans mon avenir...Je pourrais disserter et philosopher à loisir sur le bonheur mais pas aujourd'hui, aujourd'hui, je vais vous conseiller un outil très concret, une méthode pragmatique. Ainsi, je vous encourage à lister dans un carnet ou une feuille, la liste des choses qui vous rendent heureux en commençant chacune de votre phrase par un verbe (une action qui nécessite donc une participation active de votre part), lister également tout ce qui vous rendrait heureux. Des pures exemples à la louche :

- prendre une bonne douche le matin ;
- boire un grand café ;
- discuter avec un ami en prenant un verre en terrasse ;
- peindre une toile ;
- écrire un mail à sa famille ;
- voir le soleil se coucher ;
- assister à un concert ;
- se lover dans sa couette ;
- bricoler ;
- trouver l'amour ;
- découvrir d'autres horizons ;
- jouer avec ses enfants ;
- rouler sans but ;
- jouer au ping-pong ;

La liste est inépuisable ou presque, il ne s'agit pas ici de se limiter comme pour ses possessions, voyez large, ce qui paraît anodin comme boire un café, comme ce qui semble plus important ; l'amour, la famille voire votre travail...Bref notez ce que vous aimez ou ce que vous aimeriez, faites en une longue liste, rayez, barrez, peaufinez et précisez jusqu'à atteindre la liste parfaite : ça y est? Maintenant hiérarchisez en commençant par ce que qui vous rend le plus heureux (en notant chaque action de 1 à 3, 1 étant le plus important...) De même notez de 1 à 3, la difficulté de réaliser l'action : il est plus facile de se faire un café que de trouver l'amour, vous en conviendrez. Noter 1 si c'est très facile et 3 si c'est compliqué : quand c'est compliqué c'est souvent que cela demande un investissement temporel, personnel ou/et financier. Si cela ne dépendant pas de vous, ayez la sagesse de le retirer de la liste.

dimanche 25 août 2013

J'AI DEMENAGE

Et oui!!! fini mon petit chez moi, épuré, sobre, j'emménage chez ELLE, c'est plus grand mais plus chargé au niveau déco, bibelots et autres meubles...J'ai réussi à négocier l'achat d'un placard privatif pour MES affaires et un petit bureau pour MON ordinateur, je tiens à conserver mon espace minimaliste à moi avec mes affaires à moi...C'est mon premier conseil de vie avec une personne qui n'est pas (pour le moment minimaliste). Conséquence du déménagement, de nouveau un grand tri...Contrainte que je me suis imposé : je déménage avec ma voiture, pas de location de camionnette comme les fois précédentes...hey, je suis minimaliste oui ou non? 

Etape une, le tri.

Apres concertation, je me suis débarrassé :
- de mon canapé ;
- d'une chaise ;
- de mon lit japonais ;
- de mon frigo ;
- d'un bar/bureau séparant la cuisine du salon.
sans compter : ma poubelle de cuisine, mon balai et ma pelle, mon seau et autre balayette à chiottes...

Après concertation, ELLE s'est débarrassée :
- de sa table basse ;
- de sa machine à laver ;
- de sa télévision ;
- de son meuble TV.
mais elle a gardé le chat pfff...

Donc j'ai conservé mes tables basses, ma machine à laver, mon meuble TV et ma TV...J'ai donc dû déménager ces objets de chez moi à chez elle, en plus de mes affaires personnelles soit 9 km...


Boite Samla de 65 litres : 57 cm x 39 cm x 42 cm, 11 €.


Pour mes affaires perso (vêtements, vaisselles, DVD, livres, jeux etc.). J'avais conservé 4 caisses en plastique IKEA de mes précédents déménagements...Trois sont visibles sur la photo mais j'en ai bien 4 (la paire de chaussure est juste là pour vous donner une idée de la taille)...Première surprise et premières désillusion, il ne m'a pas fallu 4 caisses pour caser mes affaires mais 12 (en fait je transportais 4 caisses dans ma voiture, les vider dans l'appart et repartais avec les 4 caisses vides : il m'a donc fallu 3 voyages rien que pour ces caisses (5 ou 6 en comptant la machine à laver, le meuble TV, la TV etc.)







J'ai acheté un armoire PAX de chez Ikea d'un mètre de large, 60 cm de profondeur et de 2,36 cm de haut (115 euros de base et 130 euros pour l'équiper) et un  bureau Micke de chez ikea 73 cm x 50 cm (40 €).







Et me voilà en partie installé, mais j'ai encore du boulot car toutes mes possessions ne rentres pas dans cette armoire, j'occupe également une demi-armoire supplémentaire dans la chambre!!! Aie, faut que je règle ce problème : je veux que toutes mes affaires personnelles rentrent dans cette armoire!!!!

samedi 17 août 2013

VOYAGE (4ème partie et derni) : CONSIDERATIONS

Remarques diverses sur mes bagages et leur contenu

Le mode hiver :
Si je dois partir vers une destination plus fraîche :
Les shorts sont remplacés par deux leggings (sous-vêtements thermo-lactile) à 7 € pièce de chez décathlon. J'ajoute des gants, un bonnet et une polaire supplémentaire. Je ne garde qu'un mailliot au lieu de deux et je remplace les tongs par ma paire de Puma et je porte sur moi une paire de chaussures montantes plus chaudes.

lundi 12 août 2013

VOYAGE (3ème partie) : SUR MOI ET CONTENU DES BAGAGES

Voici les vêtements que je porte sur moi le jour du départ :

Alors pour faire simple de haut en bas et de gauche à droite on trouve respectivement :





dimanche 11 août 2013

VOYAGE (2 ème partie) : BAGAGE SECONDAIRE : SAC A DOS ARPENAZ DE 10 LITRES

Je possède un bagage secondaire de marque Queshua (distribué par Décathlon) modèle Arpenaz 10 de 10 litres à 4,95 € (rapport qualité prix imbattable). Contrairement au sac principal de 50 litres, celui ci est optimisé (comprenez, tout est organisé et rentre au chausse-pieds). Il contient tout ce que je garde sur moi dans l'avion lorsque le sac de 50 litres est en soute : passeport, portefeuille, appareil photo reflex, lunettes de soleil...Une fois arrivé à destination, j'utilise ce sac pour des sorties à la journée, il peut contenir une bouteille d'eau, une serviette de plage ou un pull...Attention néanmoins, 10 litres c'est petit, n'espérez pas emporter trop d'affaire (genre un pique-nique pour deux) dans un si petit volume...Le sac fait : hauteur 31 cm x  largeur 20 cm  x profondeur 18 cm pour poids plume de 210 gramme. Il se compose de deux compartiments fermés par une fermeture éclair, deux bretelles réglables et rembourrées de mousse. La compacité du sac fait qu'il possible de ne le porter que sur une épaule et de le coincer sous son bras (pas mal dans le métro ou les marchés locaux pour vous prémunir des pick-pockets). Encore une fois de couleur noire,  ce sac est très passe-partout et n'attire pas la convoitise (à contrario et pour cette raison, je déconseille les sacs pour appareil photo trop voyant...)


Super petit sac

VOYAGE (1ere partie) : BAGAGE PRINCIPAL : SAC A DOS QUECHUA FORCLAZ 50L


Je suis donc parti cet été en voyage durant 15 jours (7 jours en France et 7 jours à l'étranger). C'est l'occasion de vous faire un petit retour d'expérience sur mes bagages "minimalistes" et leur contenu. D'abord les bagages en question : un sac à dos Quechua Forclaz 50L de chez Décathlon de 50 litres : Pourquoi? où? comment? Et bien déjà j'ai choisi un sac à dos car c'est le plus polyvalent des bagages : une valise ne roule pas bien sur de la terre ou des pavés, un sac de voyage fait mal à l'épaule au bout d'un moment...Polyvalent ne veut pas dire le mieux (une valise à roulettes dans un hall d'aéroport en marbre c'est le top du top), ça veut dire que c'est le meilleur compromis possible pour moi.La contenance maintenant, 50 litres : trop grand diront certains, trop petit diront les autres (surtout les filles, désolé mesdames!). J'ai tout essayé et 50 litres c'est le top pour moi! toutes mes affaires rentrent dedans (oui c'est un minimum quand même) que cela soit pour 2 jours, une semaine, un mois, une année...En plus je n'ai pas à plier et replier mes affaires avec soin afin d'optimiser la répartition dans le sac : comprenons-nous bien, si je pliais et tassais avec minutie mes vêtements, tout rentrerait dans 30 litres (j'ai testé par le passé) mais pour sortir un slip, il faut défaire tout le sac, avec 50 litres c'est plus facile et en plus, chose non négligeable, il me reste de la place pour rapporter des souvenirs (cartouches de cigarette et autres parfums et alcools du Duty free). De plus le sac possède des sangles de compression qui permettent de réduire sa contenance et de fait son encombrement. L'encombrement, parlons-en : 60 cm de hauteur, 44 cm de largeur et 27 cm de profondeur pour un poids à vide de 1,3 kg : bien que légèrement trop grand sur le papier pour les compagnies low-cost, il est toujours passé dans les gabarits et j'ai voyagé deux fois avec le sac en cabine (le reste du temps en soute) mais bon sur le papier ça ne passe pas normalement en bagage cabine (les compagnies low-cost les plus hard autorise un bagage de dimension maximum  50 cm x 40 cm x 20 cm). Une fois sur mon dos (je mesure 1m84), il reste petit et compact, ne dépasse pas de mes épaules et je peux me retourner dans un couloir de TGV sans assommer un passager assis...





Vous noterez la couleur grise et noire passe-partout et discrète ainsi que la pochette sur la sangle ventrale (je ne l'utilise pas).L'ouverture par le haut et par la face avant du sac est très pratique.Et vous quel est votre bagage?

samedi 13 juillet 2013

J'AI PAS LE TEMPS!!!



Toujours pressé, toujours débordé, toujours un truc à faire, je cours le matin pour me préparer parce qu'il ne faut pas que je sois en retard, je me brosse les dents de la main droite et attrape ma chemise de la gauche, je prends le petit-déjeuner débout dans la cuisine pour gagner du temps, je trottine jusqu'à ma voiture, à midi, je mange des nouilles chinoises lyophilisées cuites en 3 minutes et avalées en 2 pour bosser plus, je débauche au trot pour rejoindre ma voiture, je peste contre les papy qui n'avancent pas assez vite, je déboîte rageusement, je me rue dans mon super-marché, je cours avec mon caddy dans les rayons en poussant ceux des mamans (je bosse moi!), je râle à la caisse contre la file d'attente, je balance tout en vrac dans mon coffre, faut que je prenne de l'essence en plus, y 'a la queue (je change de file dans l'espoir de passer plus vite), puis je dois encore rentrer chez moi, déballer et ranger les courses, vite, puis faire une lessive, puis préparer à manger, manger puis regarder le film, il me reste encore à me brosser les dents, les 3 minutes réglementaires me semblent une éternité parce qu'après je dois encore prendre une douche, fermer les volets et faire la vaisselle, ouf!!!!c'est bon, je suis enfin au lit à 23H00, j'aurai mes  huit heures de sommeil, j'en profite pour faire le point sur les choses que j'ai à faire le lendemain...Je m'endors...7H00 le lendemain, le réveil sonne, je cours pour me préparer parce qu'il ne faut pas que je sois en retard...
Et puis un jour j'ai dit stop! j'ai commencé par m'asseoir pour prendre mon café du matin en savourant chaque gorgée, à me brosser les dents face à la glace, je me suis préparé des petits plats pour le midi que je mange avec plaisir, j'ai souris à la mamie qui m'avait grillée la priorité en voiture, j'ai discuté avec une fille dans la file d'attente d'un magasin, j'ai rangé tranquillement mes courses dans mon frigo, j'ai fait un bon chilli, étendu ma lessive sur une musique de Nirvana (et oui j'ai 34 ans...), appeler ma mère pour refaire le monde, une nouvelle musique de nirvana pour faire la vaisselle, une de Rahiohead pour me brosser les dents, une longue douche chaude, un bon DVD et la lecture du premier chapitre d'un livre que j'avais emprunté trois semaines auparavant. Je me suis mis au lit et je n'ai pensé qu'à la belle journée que je venais de passer, j'en avais bien profité et j'avais pris mon temps pour une fois et vous savez quoi? en tournant la tête vers mon réveil, il indiquait 23H00.

UNE PART DU BONHEUR, PROFITER DE L'INSTANT PRESENT

Je me rappellerai toujours de cette journée au bord de la mer en Turquie où en train de siroter un cocktail et en regardant vaguement la mer, je conversais avec un ami et notre guide sur notre date de notre départ! A quelle heure était le bus pour l'aéroport, donc à quelle heure devions-nous nous le lever , est-ce que le petit déjeuner était prévu, quid des bagages?....Notre guide hocha la tête, leva les yeux au ciel et me déclara avec un air grave "je ne comprendrais jamais les francais" Je lui ai répondu : pourquoi dis-tu cela? Il m'a dit "vous, les occidentaux, vous êtes nostalgiques du passé et vous vous angoissez pour votre avenir..." -Et alors? ai-je rétorqué-Et alors passé et futur mais tu ne vis jamais le moment présent! Regarde, tu es là avec ton meilleur ami sur le plage, allongé sur un transat, le soleil couchant, un cocktail en main, dans mon magnifique pays, tu n'en profites même pas et tu penses déjà simplement à organiser ton départ! je suis sûr que moi qui ait cette vue tous les jours, j'en profite plus que toi qui a fait un long trajet pour la découvrir...Ce n'est que bien plus tard que j'ai compris la portée de ses paroles pleines de raison...Et si c'était une part du bonheur, se focaliser sur l'instant, en profiter, l'apprécier...Je m'emploie depuis à mettre en oeuvre cette théorie, le lâcher prise, la pleine conscience...Ce n'est pas évident car depuis que nous sommes nés on nous apprend à anticiper, prévoir et planifier, vivre l'instant présent pleinement est non seulement apaisant mais aussi source de plus de plaisirs...Essayez, effet garanti...

lundi 8 juillet 2013

CONTRE LE DEVELOPPEMENT PERSONNEL

Ah voilà une affirmation courageuse ou complètement folle à l'heure où le développement ou coatching personnel est à la mode, où fleurissent des e-books hors de prix pour vous améliorer! J'en ai lu pleins, des gratuits, des payants, des articles et blogs entier sur le thème, bien sûr il y a autant de définition du développement personnel que d'auteurs sur le sujet mais une grande ligne se dessine : être performant pour être heureux! regardez les termes employés : objectif, succès, réussite, efficacité, rapidité, booster, convaincre, projet, affirmation, motivation, compétition...On dirait une offre d'emploi de cadre sup ou une pub pour des vitamines...Le développement personnel part d'une idée simple : soyez performant et vous serez heureux...Performant d'accord mais dans quel domaine? et bien le développement personnel vous les propose tous et en même temps : famille, santé, travail, finances, relations sociales...Performant et compétitif, si au passage vous pouvez être meilleur que votre voisin c'est pas plus mal...Donc si je suis performant ou du moins encore plus performant dans tous les aspects de ma vie, je serais heureux? un peu simpliste non? Si le développement part d'une idée simpliste elle s'appuie un constat tellement énorme mais surtout tellement tabou (pour notre petit égo étriqué) : Nous ne sommes pas parfaits (et la boucle est bouclée parce la preuve justement  que l'on n'est pas parfait est qu'on lit un article sur le développement personnel pour s'améliorer!)...Alors comme ça je ne serais pas parfait? quelle nouvelle!!! et alors? M'améliorer, en clair, me corriger? bien entendu, il n'y pas de mal à s'améliorer mais est-ce que cela va m'aider à être heureux de rechercher à tendre vers la perfection, l'efficacité en toute circonstance...je ne le pense pas. S'organiser, se lever plus tôt, ne pas perdre une minute, être multitâches...pour qui? pourquoi? La recherche de l'excellence dans tous les domaines est non seulement illusoire car impossible mais engendre frustration et perte d'estime. Les valeurs prônées par  le développement personnel sont une source de perte inestimable de temps pour la recherche et l'atteinte de l'essentiel car  elles remplissent votre vie de rituels, d'exercices, de méthodes, de stratégies et "d'astuces" et vous promettent la perfection alors que ce ne sont que des contraintes à faibles valeurs ajoutés. Pourquoi? parce tout cela vous prend du temps alors que le developpement personnel vous fait croire que vous allez en gagner...

dimanche 30 juin 2013

SIMPLIFIEZ L'INFORMATION


Depuis près de deux mois maintenant, je ne regarde plus les journaux télévisés, je n'écoute plus les actualités à la radio (mais de la musique), je ne lis plus de journaux qu'ils soient papiers ou sur le web...J'ai fait le choix d'une détox d'informations pour plusieurs raisons, la principale est que s'informer prend du temps pour pas grand chose au final...Il fut une époque où je passais au moins deux heures par jour à parcourir les sites d'informations des grands journaux français, où je regardais le JT tous les soirs et écoutais encore des infos en allant travailler! L'unique avantage d'être informé, c'est d'avoir un sujet de discussion à la machine à café et de ne pas passer pour un couillon quand on vous fait une allusion à un sujet d'actualité...Certain pourrait me dire oui, mais pour la culture générale? On parle de Nabilla là? Bon ok certes, la culture, mais parmi les accros d'actu, qui sait me dire les faits marquants de 2009? très peu de personnes en fait ; lire un classique, allez dans un musée c'est aussi de la culture et cette culture perdure en général, l'actualité passée est déjà du passé et pas forcement de l'Histoire avec un grand H...L'actualité est anxiogène, lisez tous les faits divers et vous ne voudriez plus sortir de chez vous...Les bonnes nouvelles n'intéressent personne, la normalité, le train qui arrive à l'heure, ça n'intéresse personne...Crise et chômage, j'entends ça depuis 30 ans, râler sur les impôts? ça change quoi! Nous recevons l'actualité de façon très passive : on écoute et on se dit "pauvre de nous" puis on passe à autre chose...Autant de temps gâché à ne pas s'épanouir en agissant...L'information n'a jamais été aussi disponible, mais l'information c'est comme les possessions, trop nuit...

samedi 29 juin 2013

VOS NECESSITES DEPENDENT DE VOTRE MODE DE VIE

Vos nécessités dépendent de votre de vie! et oui c'est une évidence mais ça va toujours mieux en le disant! Je me faisais la réflexion en répondant à un ami qui m'a reparlé d'Andrew Hyde :




son blog : http://andrewhy.de/extreme-minimalism/

La liste de notre ami Andrew (globe-trotteur) :

  1. Arc’teryx Miura 30 backpack (un sac à dos)
  2. NAU shirt (tee-shirt à manche longue)
  3. Mammut rain jacket (veste de pluie)
  4. Arc’teryx tshirt (tee-shirt)
  5. Patagonia running shorts (un short pour courrir)
  6. Quick Dry towel (une serviette ultra absorbante)
  7. NAU wool jacket (une veste)
  8. Toiletry kit (une trousse de toillette)
  9. Smith sunglasses (des lunettes de soleil)
  10. Wallet (un portefeuille)
  11. MacBook Air (un ordinateur portable)
  12. iPhone 3GS (un telephone portable)
  13. NAU dress shirt (une chemise)
  14. Patagonia jeans (un jeans)
  15. Running shoes (des chaussures de sport)


Cet ami m'a dit tu es loin derrière avec ta centaine d'objets!!!!pourquoi ne fais-tu pas comme lui? 
Bien sûr il y avait un peu de provoc dans sa question...mais comme je prends tout au premier degré!?!, j'ai répondu le plus simplement du monde : ce mec n'a qu'un jeans! il reste en short de sport 3 jours en attendant que son unique jeans qu'il a lavé, sèche...Moi je vis en Lorraine où on peut porter un short uniquement l'été, été qui dure en général 2 jours dans l'année, 3 les années de canicule!!!. Plus sérieusement, il n'y a rien de comparable entre une vie nomade et une vie sédentaire!!!J'enfonce des portes ouvertes, je sais, c'est la spécialité de mes articles!!! Une vie sédentaire nécessite des meubles, des ustensiles de cuisine, de l'électro-ménager...C'est sûr qu'en voyage quand vous êtes en général logé et nourri, pas besoin de vous encombrer! 
Alors cet ami m'a demandé! oui mais si tu devais partir tu prendrais quoi? et à moi de lui rétorquer : ça dépend, mes nécessités dépendront de mon mode de vie et de la situation...Mes 24 vêtements de travail ne me seraient d'aucune utilité si je travaillais au Macdo ou depuis chez moi! Mon snowboard serait inutile en Polynésie, mon lit au Carlton, mon mug à café chez Starbucks...Si je devais partir et aller vous rencontrer, oui vous, lecteur de ce blog, durant plusieurs années, je prendrais certainement ce qu'a pris Andrew (je prendrais un peu plus de vêtements quand même) et je prendrais également ma boite à souvenirs!!!...Maintenant si je devais vivre en autarcie, je prendrais plutôt une tente, un réchaud, un sac de couchage, une popote et un gros couteau...si je devais déménager à l'autre bout du monde, je prendrais un minimum de vêtements et 1 millions de dollars en petite coupure...C'est trivial mais quand on est minimaliste, il y a peu de nos possessions que l'argent ne puisse pas racheter hormis un disque dur bourré de photos, un ou deux classeurs de papier administratifs et/ou personnel et quelques souvenirs d'enfance!
(nota : cet article inintéressant vous aura (peut-être) permis au moins de découvrir Andrew!)




dimanche 23 juin 2013

DU DESEMCOMBREMENT VERS LA SIMPLICATION

Le minimalisme est une fin en soit mais également un chemin à parcourir...alors un conseil pour votre désencombrement et simplication matériels et personnels : prenez votre temps!!! Le minimalisme est un art de vivre, une course de fond et pas un sprint...voilà plus de deux ans que j ai commencé l'aventure et je n'ai pas fini de simplifier mon intérieur! Pourquoi! Dans un premier temps il est plutôt aisé de se débarrasser des choses qui finallement devaient l'être mais que par flemme nous conservons...et on avance vite car en général ces objets sont nombreux et souvent volumineux, ces objets se trouvent généralement dans des endroits peu fréquentés ; nos caves, nos garages, nos greniers et les parties hautes de nos placards ...Dans un deuxième temps, il faut s'attaquer aux pièces qui composent notre logement, cuisine et salle de bain sont en général les plus prometteuses en matière de désencombrement : vieux produits cosmétiques, médicaments périmés, boîtes de conserve hors d'âge, vaisselles multiples...Ensuite, c'est le dressing qui y passe, on jette les vêtements trop usés, on donne ceux qui sont trop petits, trop grands, jamais portés...avec déjà les premières difficultés pour ces derniers, ah les vêtements jamais portés donc par définition neufs, comme il est compliqué de s'en débarrasser, une petite voix intérieure nous rappelle toujours que "oui, elle est bien cette chemisette en fait, je ne comprends pas pourquoi tu ne la portes jamais! Aller, je la garde et dès qu'il ferra beau, je la mets!" C'est du vécu et comme vous vous en doutez ça faisait deux ans que je me disais ça!!!y a aussi ce pull magnifique mais je ne mets pas parce qu'il me "gratte", ou cette chemise d'un grand couturier qu'il faut approximativement quatre heures pour la repasser (et encore il reste des plis...)...Si vous avez réussi à vous débarrasser de la chemisette, du pull et de la chemise, bravo, vous avez franchi une nouvelle étape, beaucoup de gens s arrêtent ici et finallement c'est bien ainsi, leur intérieur a retrouvé ordre et organisation ce qui entraînent irrémédiablement un sentiment de bien ou du moins de mieux-être. La prochaine étape et c'est la plus longue et compliqué (compliqué car elle vous pousse à la réflexion (longue et parfois complexe car paradoxale)...Cette étape suivante est au delà du désencombrement, c'est la simplification....Prenons l'exemple de la vaisselle par exemple, imaginez que vous ayez au niveau des assiettes, 6 assiettes rondes, 4 carrés, 2 noires et 1 fantaisie (offerte avec l'achat de trois paquets de pâtes!!!). Lors de votre phase de désencombrement, vous avez dû certainement jeter cette assiette fantaisie qui n'avait pas de sens seule (quel intérêt de ne posséder qu'une assiette!!!) peut-être même que vous avez jeté les deux noires pour les mêmes raison...et bien la simplication c'est de se pencher sur les 6 rondes et les 4 carrés et de vous débarrassez de l'une des deux!! C est là ou la réflexion (entendons-nous bien c'est quand même pas la question de l'année quand même) entre en jeu : les 4 carrés sont design et très modernes mais je n'en ai que 4, les rondes sont classiques mais j'en ai plus et je peux donc inviter 5 personnes à manger...Alors les rondes ou les carrés? Jettez les rondes et allez acheter deux carrés de plus...voilà au travers d'un exemple trivial le vrai processus de simplification, ne garder que l'essentiel...C' est compliqué car nous avons toujours peur de manquer, peur de ne pas être prêt ou préparer, peur de la contrariété : peur de manquer d'assiettes alors que ça se lave des assiettes non? Même entre deux plats lors d'un dîner! Quand vous commencez à réfléchir à ça, vous vous approchez du but...vous ne raisonnez plus en terme d'objets mais de nécessité! Il faut penser à quoi mais aussi à combien : des jeans pour m'habiller ok mais combien 1,2 ou 7? Un mug pour mon café, mais combien 1, 2 ou 6? L'ultime étape est celle des objets souvenirs...je vous montrerais comment je les ai rationnalisé et en ai diminué le nombre (sans toutefois m'en être totalement debarassés...Peut-être l'ultime étape!
Et vous où en êtes-vous dans votre démarche! 

samedi 1 juin 2013

LES ESPECES DE MINIMALISTES

Dans le minimalisme, il existe plusieurs courants qui font que ce style de vie est riche mais également que les plus fervents se déchirent sur la toile sur ce qu'est le minimalisme et le style de vie qui le caractérise. Si tous s'accordent à minimiser le nombre d'objets qui les entourent, ils ne le font pas de la même façon et pas nécessairement dans le même objectif.

On trouve ainsi (le côté caricatural est volontaire et assumé):

Les minimalismes écolos : leur principal objectif est de réduire leur empreinte écologique en reduisant leur consommation et son effet sur l'environnement.
Comportement : ils mangent bio, sont végétariens, font leur pain et leur confiture eux-même, roulent à vélo, trient leur déchets, récupèrent l'eau de pluie, favorisent le commerce de proximité, font leur lessive à la main...
Avantage selon moi : ils ont une vie saine, réduisent en général leur consommation énergique, s'ermeillent de mère nature (et ils ont raison).
Inconvénient selon moi : parfois intolérant (j'en connais) envers les gens qui ne partagent pas leur point de vue et généralement une absence de vue globale sur le problème écologique : la fabrication d'un objet durable est parfois plus polluante que la fabrication d'objets jetables (et oui!)...

Les minimalismes économes : leur principal objectif est de vivre par forcément avec le minimum mais en dépensant le minimum.
Comportement : ils n'achètent que d'occasion, en vrac ou en gros, récupèrent, réparent, bricolent, font leur course chez les discounter, commandent sur internet.
Avantage selon moi : ils réalisent des économies énormes et peuvent bien vivre avec un minimum de ressources.
Inconvenient selon moi : la quête sans fin d'économies au risque de se priver, que l'economie se transforme en radinerie, que leur seul plaisir soit d'économiser se privant ainsi de plaisirs parfois payant.

Les minimalistes nomades : leur principal objectif est la liberté de mouvement.
Comportement : emcombrement minimum et contrainte maximum bien qu'il s'en défendent! : 3 slip pour vivre, tout doit tenir dans un sac à dos : généralement uniquement des vêtements, une trousse de toilette et un peu d'électronique (tablette, ordinateur, téléphone...).
Avantage selon moi : le voyage et la découverte de paysage et de gens, l'absence générale de contrainte, la liberté...
Inconvénient selon moi : difficulté de fonder une famille, de créer des liens profonds, de se poser sereinement où l'on est, et porter 5 jours d'affilés la même chemise (il ne me ferront pas croire qu'ils font une lessive quotidienne!)

Les minimalistes esthètes : ils aiment les espaces épurés, les meubles design et la vaisselle griffée, ils ont peu mais tout ce qu'ils possèdent est raffiné, recherché et souvent cher.
Avantage : chez eux c'est beau! c'est classe c'est élégant...
Inconvénient : parfois victime de la mode, dépense inconsidérée pour un objet d'usage banal (une table, des chaises) ou des matériaux d'aménagement : carrelage en marbre, plancher massif etc.) donc finallement très attachés à leur possessions.

Alors à quelle famille de minimaliste j'appartiens?
et bien comme beaucoup d'entres vous je suis un peu de toutes : j'aime les ballades en foret, les bonnes affaires, que toutes mes possessions tiennent dans 2 cartons et les beaux intérieurs! A vous et moi de trouver notre équilibre.



QUAND LE MINIMALISME DEVIENT RIDICULE

Le minimalisme est une philosophie de vie consistant à minimiser ses biens en échange d'une vie sereine et entière en se simplifiant la vie mais le minimalisme a aussi ses limites (que j'ai évoqué dans quelques articles sur ce blog). La seule limite du minimalisme est le ratio contrainte/gain...Le fait de se débarrasser de toute ou partie de vos possessions peut vous apporter au final plus de contraintes que de liberté...Je vais prendre un exemple. La voiture, la voiture apparaît souvent superflux à un minimaliste pour différentes raisons : l'aspect écologique (une voiture pollue), l'aspect économique (une voiture coûte cher à l'achat et l'entretien), l'aspect idéologique (une voiture est l'emblème de la société de consommation par excellence). Mais la voiture est un formidable outil de liberté : une liberté absolue de mouvement et cela à n'importe quel moment...Bien sûr vous pouvez prendre le velo, un bus, le métro...Mais rien ne remplacera jamais une voiture en terme de liberté. Se débarrasser de sa voiture juste par minimalisme sans avoir réfléchi aux conséquences ou plutôt sans avoir pesé le ration contrainte/gain est ridicule. De même que tout ce qui contribue à votre épanouissement en terme de possessions ne devrait jamais vous quitter : on ne jette pas une raquette de squash, des livres passionnants, des jeux de sociétés s'ils participent à votre épanouissement sous prétexte qu'ils prennent de la place ou permettrait de réduire votre liste d'objets! Le minimalisme trouve également sa limite dans la privation! Ne vous privez pas au prétexte d'être minimaliste, c'est ridicule...

lundi 20 mai 2013

QU'EST-CE QUE L'ESSENTIEL?


Bien que mon blog se focalise principalement sur la possession d'objets et vous fait partager ceux ce que je possède et pourquoi (ce qui peut paraître, je l'avoue, complètement inintéressant pour certains de savoir que je n'ai que 10 paires de chaussettes mais les listes d'objets sur les autres blog traitant du même sujet me fascinent), je voulais aborder la question complexe de l'essentiel : je prône pour moi-même (vous, vous êtes adultes et vous faites bien ce que vous voulez) que le fait de se débarrasser de ses possessions aide et permet de se concentrer sur l'essentiel? Mais finalement c'est quoi l'essentiel...L'essentiel est facile à définir : l'essentiel, c'est d'être heureux. Cela parait trivial voire naïf mais c'est bien le but d'une vie "d'être heureux". Et cela commence par faire le plus souvent possible ce qui vous plait par dessous tout dans la vie et déterminer ce qui est capital pour vous : vos passions, votre famille, vos relations sociales, amoureuses...L'achat impulsif et excessif d'objets freine l'accession ou la détermination de ce qui est essentiel pour vous. La société de consommation vous fait croire que le bonheur réside dans l'achat d'une grande maison, qu'une belle voiture mettra à vos pieds les plus belles filles du monde, que cette crème vous rendra mince et désirable, que ce smartphone vous rendra populaire...On veut nous faire croire que le bonheur s'achète et comme la société de consommation n'arrête jamais d'évoluer notre bonheur ne saurait être définitif puisque lié à l'acquisition permanente de nouveaux produits toujours soit-disants plus performants plus modernes...Et la société en général a vite fait d'écarter les personnes qui ne suivent pas le troupeau de la consommation en les reléguant au rang de bouseux, d'arriérés et dans le meilleur cas, si les bouseux ont fait ce choix en pleine conscience et justifient leur choix, ils ont droit à l'appellation de "bobos".  Mais le bonheur ne s'achète pas, il se vit, dans une conversation avec un amis, une tasse de café noir, un coucher de soleil, une séance de tennis, la prise d'une photo, un bon repas, une sieste!

samedi 11 mai 2013

ATTACHEMENT AUX OBJETS 3 : RAISON SENTIMENTALE



Nous sommes attachés à nos possessions pour quatre raisons principales :
- pour une raison utilitaire ;
- pour une raison esthétique ;
- pour une raison sentimentale ;
- pour une raison économique.



La raison sentimentale : nous nous attachons aux objets qui ont valeur sentimentale et cela quelqu'ils soient : d'un bijou à une voiture en passant par des meubles, des bibelots, des vêtements : en fait, tout objet dans lequel vous avez inconsciemment ou non introduit une charge émotionnelle. Ces objets sont synonymes de souvenirs heureux ou non et ont tous un rapport avec notre passé proche ou éloigné : ils nous rappellent des personnes (vivantes ou disparues), des lieux visités ou habités, des moments de notre vie (enfance, mariage...)... Alors dans une approche minimaliste, comment limiter ce type d'objets? Déjà, en vous disant que votre vie est devant vous et non derrière, connaître son passé c'est important mais la possession de trop nombreux souvenirs vous freine (physiquement et mentalement) pour l'avenir et certains peuvent devenir de véritables fardeaux (une maison familiale, le buffet de 600 kg de votre grand-mère)... Ensuite, rationalisez! ne conservez que l'objet le plus emblématique d'un même souvenir : dans la cadre d'une personne disparue, par exemple, conservez les photos ou un objet qui ont un impact fort sur vous et pas la totalité des choses que possédait cette personne. Prenez des photos des objets sentimentaux plutôt que de les posséder : ce qui compte ce n'est pas de les avoir, c'est le souvenir et les émotions qu'ils dégagent à leur vue : des photos sont suffisantes. Enfin, cessez de conserver des vieilleries sous prétexte de laisser des souvenirs à vos enfants où à vos amis après votre mort! Les objets que vous pensez importants pour vous ne sont pas ceux qui sont importants pour vos proches!!! Un simple tableau sans valeur de votre logement aura peut-être plus de valeur sentimentale pour vos proches que votre collection de timbres hors de prix que vous construisez patiemment dans l'espoir de transmettre quelque chose qui vous ressemble...
Et pour l'avenir, cessez de vous créer au travers d'objets des souvenirs qui n'ont pas lieu d'être : je pense aux souvenirs de vacances par exemple, nul besoin de ramener une chaise africaine, un service à thé ou un katana de vos vacances! Prenez des photos, écrivez un carnet de voyage, vous gagnerez en personnalisation et en gain de place!

ATTACHEMENT AUX OBJETS 2 : RAISON ESTHETIQUE


Nous sommes attachés à nos possessions pour quatre raisons principales :
- pour une raison utilitaire ;
- pour une raison esthétique ;
- pour une raison sentimentale ;
- pour une raison économique.

La raison esthétique : nous pouvons être attachés à des objets ayant purement une fonction esthétique donc fondamentalement décorative... C'est le cas des bibelots, sculptures, tableaux et autres... Ces objets ne servent à rien hormis meubler et occuper de l'espace ; bien sûr ils peuvent l'embellir et le rendre plus chaleureux, plus beau, plus moderne... Une chose est sûre en tout cas vous pouvez vous passer sans souci de genre d'objets... Alors comment en limiter le nombre? Achetez réellement ce que vous trouvez magnifique, c'est mon seul et unique conseil... Je vois trop souvent des objets de décoration achetés au seul prétexte qu'ils ne sont pas chers ou sympas ou marrants ou jolis : bannissez-les, les seuls objets décoratifs que vous devriez avoir chez vous doivent être magnifiques. De même, cessez de vouloir meubler pour meubler! En effet qui n'a jamais couru acheter des cadres pour habiller un mur vide (avec la forte probabilité d'ailleurs, d'acheter des cadres, qui certes nous plaisent, mais ne nous subjuguent pas) ou une console pour l'entrée juste parce ça passera au niveau des dimensions. Je reviendrai sur la décoration et l'intérieur des logements minimalistes dans de prochains articles. Ce qu'il faut retenir de celui-là c'est que les objets esthétiques s'ils ne sont pas parfaitement à votre goût sont inutiles.

ATTACHEMENT AUX OBJETS 1 : RAISON UTILITAIRE




Nous sommes attachés à nos possessions pour quatre raisons principales :
- pour une raison utilitaire ;
- pour une raison sentimentale ;
- pour une raison esthétique ;
- pour une raison économique.

Je vais développer ces raisons dans quatre articles différents.

La raison utilitaire : c'est l'ensemble des objets courants qui remplissent chacun une fonction nécessaire (en dehors de celle décorative). Nous ne sommes pas réellement attachés à ces objets mais ils sont indispensables. Un lit, un fauteuil ou une chaise, une table, des vêtements, des assiettes, des couverts, un nécessaire de toilettes... Comment en limiter le nombre? Estimez ou mesurez leur fréquence d'utilisation ; les objets utilitaires sont indispensables et cela signifie en autre et en conséquence qu'ils sont utilisés très fréquemment : usage quotidien (brosse à dents, chaise, bureau, ordinateur....) ou hebdomadaire (fer à repasser, raquette de tennis, sac de randonnée...). Les objets, qui ont certes une fonction mais jamais utilisés, devraient être écartés : débarrassez-vous-en... Un autre point observé est la redondance : comme ces objets sont en théorie indispensables, il n'est pas rare que nous les possédions en plusieurs exemplaires (des casseroles, des verres, des jeans, des tee-shrits, voire des tournevis, des vases etc.) Pourtant force est de constater que nous utilisons toujours les même assiettes, que nous portons toujours les 4 mêmes jeans ou utilisons que 3 tournevis sur la douzaine que compte notre boite à outils. Alors identifiez ce qui vous sert vraiment et débarrassez-vous du reste! Et le fameux "oui mais ça pourra toujours servir!"?  Changez votre approche en vous disant à la place que jusqu'ici ça n'a jamais servi et qu'il n'y pas de raison objective que cela change.
La notion d'attachement à ces objets est relativement faible pour peu que leur coût économique le soit également...Si demain, nous cassons un verre, une assiette ou perdons un tournevis ou déchirons notre jeans, ce ne sera pas un drame...Tous ces objets sont relativement bon marché et trouvables partout ce qui explique que bien qu'indispensables, nous n'y sommes pas réellement attachés...